Équipe de conduite et discipline

 

 

Les normes de conduite des Nations Unies sont basées sur trois principes clés :

1. Les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité 

2. Zéro tolérance en ce qui concerne l’exploitation et la violence sexuelles

3. Responsabilisation des chefs qui n’appliquent pas les normes de conduite.

L’Unité de conduite et discipline a été formellement mise en place au sein du Département de soutien aux missions en 2007, à la suite de la création initiale au sein du Département des opérations de maintien de la paix d’une équipe de conduite et discipline en 2005. Cette initiative a été lancée dans le cadre des réformes des opérations de maintien de la paix, destinées à renforcer la responsabilisation et à maintenir les plus hauts standards de bonne conduite.

 

Documents

Fiche d'information Conduite et Discipline

La mauvaise conduite [FR]Q & A: Misconduct [EN]

Dispositions spéciales visant à prévenir l’exploitation et les abus sexuels par le Secrétaire général

Circulaire [FR]Bulletin [EN]

Dispositions spéciales visant à prévenir l’exploitation et les atteintes sexuelles : une nouvelle stratégie

 

L’Unité de conduite et discipline supervise l’application des règles de bonne conduite dans toutes les missions de maintien de la paix et dans les missions politiques spéciales. Elle fournit les directives générales en matière de conduite et de discipline aux missions sur le terrain, notamment en formulant des politiques, en formant les acteurs, en communiquant sur ces questions et en instruisant les cas et allégations de mauvaise conduite. Dans les missions sur le terrain, les Equipes de conduite et discipline (ECD) sont les principales conseillères des chefs de missions sur les questions de conduite et de discipline impliquant toutes catégories de personnel. Les ECD instruisent toutes formes de mauvaise conduite du personnel de maintien de la paix, notamment en ce qui concerne les actes d’exploitation et d’abus sexuels. Au sein de la MINUSTAH, l’Equipe de conduite et discipline dépend du bureau du Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) et est en contact permanent avec le RSSG pour traiter toutes les affaires liées à la conduite et la discipline des personnels de la mission. Depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, l’équipe a été relocalisée au sein de la Logbase, près de l’aéroport, à Port-au-Prince. L’équipe peut recevoir toute sorte de plainte impliquant le personnel de la Mission, et notamment des plaintes relatives à l’exploitation et aux abus sexuels. Le mandat de l’Equipe couvre l’intégralité des composantes de la mission : personnel civil national et international, militaires des contingents déployés, unités de police, Volontaires des Nations Unies, consultants et contractants. Elle est étroitement associée aux entités chargées des enquêtes. Une emphase particulière est mise sur les délits d’exploitation et d’abus d’ordre sexuel commis par les personnels de la MINUSTAH et ses affiliés. Pour ce faire, l’équipe a la charge de mettre en place des mesures préventives, comme les formations, et des campagnes de communication. Dans le cadre de ces actions, les membres de l’équipe participent au groupe inter-agence de lutte et de protection contre les abus et l’exploitation sexuels, et y apportent leur expertise en matière de prévention, de politique et de communication.

En savoir plus

 

Message vidéo concernant la présentation du rapport
intitulé « dispositions spéciales visant à prévenir l’exploitation et les atteintes sexuelles : une nouvelle stratégie » 

9 mars 2017

 

De tous les témoignages qu’il m’ait été donné d’entendre, ceux des victimes de viol et de violence, d’exploitation et d’atteintes sexuelles ont été les plus marquants. Ces histoires sordides me hanteront à jamais. 

De tels actes de barbarie ne devraient jamais se produire. Ils ne devraient surtout jamais pouvoir être associés à des individus qui servent sous le drapeau de l’ONU, en quelque qualité que ce soit. 

L’immense majorité des troupes et du personnel de l’ONU font leur travail avec fierté, dans la dignité et dans le respect des populations qu’ils aident et qu’ils protègent, bien souvent dans des conditions difficiles et dangereuses et au prix de nombreux sacrifices personnels. 

Pourtant, notre Organisation continue de faire face au fléau de l’exploitation et des atteintes sexuelles, et ce en dépit des efforts importants faits depuis de nombreuses années pour remédier au problème.  

Il nous faut changer de stratégie.

Lors de mon premier discours en tant que Secrétaire général, je me suis engagé à coopérer étroitement avec les États Membres sur des mesures structurelles, juridiques et opérationnelles qui permettront de faire de la tolérance zéro une réalité.

La toute première semaine de mon mandat, j’ai créé une équipe spéciale chargée de mettre au point, dans les plus brefs délais, une stratégie nouvelle et ambitieuse visant à prévenir et à punir l’exploitation et les atteintes sexuelles commises par des membres du personnel de l’ONU.  

Je présenterai aujourd’hui même mes propositions à l’Assemblée générale, pour examen.    

Mon rapport esquisse une stratégie axée sur les victimes et basée sur la transparence, l’application du principe de responsabilité et la garantie que justice sera rendue. Cette stratégie repose sur quatre piliers: 

Le premier : faire des droits et de la dignité des victimes notre priorité. 

Le deuxième : s’attacher à mettre fin à l’impunité des coupables de crimes et d’agressions. 

Le troisième : s’appuyer sur l’expérience et l’avis des victimes, de la société civile, des populations locales et d’autres acteurs concernés pour renforcer et améliorer notre action. 

Le quatrième : informer et partager les bonnes pratiques pour mettre fin au fléau. 

L’exploitation sexuelle étant par ailleurs profondément enracinée dans les inégalités et la discrimination entre les sexes, nous devons absolument promouvoir une représentation équilibrée des sexes dans l’ensemble de la grande famille de l’ONU, dans nos missions et au sein de nos forces de maintien de la paix. Nous ferons ainsi progresser la parité tout en réduisant le nombre d’agressions.

Je sais qu’ensemble, nous pouvons y arriver.

Engageons-nous dans ce combat pour toutes celles et ceux qui comptent sur l’ONU pour leur apporter l’aide et la protection indispensables à leur survie, mais aussi pour les dizaines de milliers de membres du personnel de l’ONU qui, partout dans le monde, viennent en aide aux populations avec courage et portent haut les idéaux les plus nobles de l’Organisation.

Affirmons-le d’une seule voix : nous ne tolèrerons pas que quiconque commette ou cautionne des actes d’exploitation ou des atteintes sexuelles. Nous ne laisserons personne recouvrir ces crimes du drapeau bleu de l’ONU. 

Chacune des victimes mérite que justice soit faite. Chacune des victimes mérite notre soutien sans faille.   

Ensemble, tenons cette promesse.

Contact

Équipe conduite et discipline, O/SRSG, MINUSTAH HQ, Log Base MINUSTAH, PO Box 730, Port au Prince, Haiti. Le bureau de l’unité est ouvert du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00. Il est possible de joindre l'équipe au numéro de téléphone 2229 6700 ( poste 2275 ou 3535 ou 3617) ou via mobile au 3702 6516 ou 3718 8887 ou 3170 6588. Vous pouvez aussi nous écrire à l’adresse email: minustah-cdt@un.org.